l'Alternative Crédible

Libérales-sociales, écolos, convivialistes, nos idées ont de l'avance.

Economie, dettes, vers le Grand RESET en 2016?

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

 

Avec 200 000 milliards de dollars de dettes fin 2014 contre 142 000 milliards fin 2007 juste avant la crise de 2008, le monde est à la veille d'un nouveau krack. Pour donner un ordre de grandeur de ce qui se passe, de 2007 à 2014 la Chine a vu son PIB progresser de 100% de 5 000 à 10 000 milliards de dollars tandis que sa dette explosait de 400% de 7 000 à 28 000 milliards de dollars. 

 

Depuis plusieurs années, l'économie mondiale est sous perfusion des banques centrales qui, pour pallier au manque chronique de croissance et un peu pour aider au remboursement des dettes, font tourner massivement la planche à billets.

 

La conséquence est le gonflement de la masse monétaire d'une façon totalement déraisonnable et complètement décorréllée de l'économie réelle. Des quantités de liquidités sont en permanence à la recherche désespérée de supports un peu sûrs où s'investir. C'est l'explication principale de l'instabilité actuelle des marchés financiers.

 

Alors, en cas de perte de confiance envers les banques centrales, le grand krack tant redouté se produira. Voilà pourquoi il est urgent de comprendre que le système économique actuel n'est pas viable, et donc, qu'il faut impérativement revenir aux grands fondamentaux de l'économie, à savoir:

 

  1. Que l'économie est d'abord un gâteau que l'on fait grossir avant d'être un gâteau que l'on partage. Autrement dit, il faut d'abord créer la richesse avant de la redistribuer. Ainsi, le 1er principe de l'économie est libéral. 
  2. Que la richesse "réelle" c'est de l'argent qui tourne ... dans l'économie réelle. Réduire les charges directes et indirectes sur les entreprises et accroître par là l'accessibilité économique est fondamentalement créateur de richesse pour l'ensemble de la société. Mais quand l'argent est stoqué, notamment lorsqu'il y a des écarts de richesses trop importants, ou quand l'argent est investi dans la spéculation, il ne participe ni à l'enrichissement collectif, ni à la richesse perçue par les citoyens. La fluidité des échanges accroit donc la richesse collective à condition que l'argent circule bien dans l'économie réelle et ne fuite pas dans la spéculation financière.
  3. Qu'emprunter pour investir prépare l'avenir, mais qu'emprunter pour payer des frais de fonctionnement le plombe. 

 

Le premier principe consacre la supériorité du libéralisme sur le socialisme, le second dénonce la falsification du libéralisme qu'est le néolibéralisme et l'erreur qu'est le protectionnisme, le troisième montre la nécessité de repenser notre modèle social. 

 

L'autre réflexion à avoir porte sur le progrès. Contrairement  aux apparences, le progrès technique n'est plus suffisant pour engendrer des gains de compétitivité importants. C'est la principale raison pourquoi la croissance est désespéremment atone dans la majeure partie du monde. Et pire encore, cette croissance est structurellement "pauvre en emplois". Nous assistons à un phénomène mondial de précarisation de l'emploi, à la fois de réduction du nombre d'emplois bien payés et à la fois de remise en cause du salariat relativement protégé qui est remplacé par du "travail à la carte". Certes, la mutation vers la nouvelle économie s'accompagne comme toute mutation économique d'un phénomène de "destruction créatrice", mais les emplois détruits sont souvent des emplois biens payés et protégés par un statut tandis que les emplois créés sont très majoritairement des emplois mal payés et précaires.

 

La dernière réflexion à avoir biensûr porte sur la finitude des ressources naturelles qui remet fondamentalement en cause notre modèle consumériste. 

 

Si on fait le bilan de ces considérations, les deux dernières réflexions sur le progès et la finitude des ressources nous conduisent à rechercher une source de croissance compatible avec l'écologie. C'est la fameuse "croissance verte" qui doit jouer le rôle de nouveau moteur de l'économie. 

 

Mais c'est très loin d'être une réponse suffisante. Il y a un énorme problème de pouvoir d'achat pour les classes moyennes et populaires dont la réponse peut être triple: 

 

  1. de mettre la 3ème révolution industrielle en cours, celle des "objets connectés et intelligents" au service des économies d'énergie, ce qui concilie pouvoir d'achat et écologie.
  2. de développer l'économie de partage de l'usage des biens, ce qui concilie également pouvoir d'achat et écologie.
  3. de rejeter clairement le néolibéralisme, source de paupérisation et d'appauvrissement pour les classes moyennes et populaires et d'aller résolument vers le libéralisme, en remettant en cause les rentes de situation et la bureaucratisation qui entravent la fluidité de l'économie et coûtent chers à la collectivité. 

 

La réponse doit porter également sur les finalités de notre société. Le consumérisme et la course aux profits ne peuvent plus être la finalité du monde de demain. La recherche de convivialité doit être la valeur principale qui s'accompagne d'une société de libertés, de responsabilité citoyenne et de respect mutuel.

 

Ainsi la boucle est bouclée. Le système économique et social de demain sera le "Libéral Ecolo-Convivialisme" pour lequel milite "L'Alternative Crédible" et qui est la trame de tous les articles de ce site. Le 21ème siècle sera libéral écolo-convivialiste ou ne sera pas! C'est notre proposition fondamentale pour l'avenir qui est d'ailleurs partiellement celle d'une myriade d'associations et de mouvements citoyens partout dans le monde. Nous nous inspirons des pensées d'Edgard Morin, de Jérémy Rifkin, de Christian Saint-Etienne, ... que nous synthétisons pour essayer d'en faire une proposition globale, cohérente et positive.

 

Mais une question reste en suspend. Que faire des collossales dettes contractées à travers le monde? Comment faire pour que cette bulle de 200 000 milliards de dollars, la plus considérable de l'histoire de l'humanité, n'éclate pas en 2016 et n'emporte tout?

 

Deux options sont envisageables, la méthode douce, celle d'aller graduellement vers le libéral écolo-convivialisme et de "désamorcer" progressivement "la bombe financière" que constitue cette montagne de dettes et ces masses monétaires gigantesques sans rapport avec l'économie réelle.

 

La deuxième option est celle d'un "Grand RESET", d'une annulation mondiale et simultanée des dettes, d'une mise à bas brutale du système financier dans son ensemble et d'une reconstruction-reconversion immédiate sur les bases saines d'un système financier alternatif au service de l'économie réelle et ouvrant une grande place à la finance alternative. Yanis Varoufakis (l'ancien ministre des finances de Syriza) le préconise depuis longtemps et désormais le FMI l'envisage! Cette option est possible sous réserve de faire face à deux éccueils majeurs. Les dettes ayant souvent été contractées suite à une gestion catastrophique des ressources publiques, un Grand RESET n'est possible que si on élimine toute forme de bureaucratie et l'essentiel de la corruption à l'origine de cette gestion catastrophique. Pour cela, il faudrait, au maximum de ce qu'il est possible, simplifier les lois et utiliser les possibilités qu'ouvrent les nouvelles technologies pour gérer autrement les administrations. Certains pays en voie de développement ont commencé à avancer sur cette voie.

 

L'autre éccueil est l'amoncellement de richesses qu'une minorité a accumulées sans rapport avec son travail réel. Quel avenir pour les très gros comptes en banque? Il semble que l'Union Européenne ait discrètement commencé à préparer le terrain puisque, en pleine période des fêtes de fin d'années, elle a ramené la garantie bancaire à 100 000€ par personne et par banque. Est-ce une anticipation de la terrible tempête financière qui s'annonce en 2016? L'avenir nous le dira.

 

Philippe Dervaux

 

 

 

 

Les coups de gueule d'Henriane

Le blog de Joséphine

Le recueil de pensées libres de Philippe

Blogueurs Centristes

 

Vous voulez exprimer votre opinion. Vous pouvez créer votre propre page sur le site en cliquant sur l'image ou en nous contactant à: contact@lalternativecredible.fr

 

 

 

Se procurer "La Riposte Centriste"

Notre message en images

Répertoire des blogs et sites centristes de France