l'Alternative Crédible

Libérales-sociales, écolos, convivialistes, nos idées ont de l'avance.

Qu'est-ce que l'alternative crédible?

 

La bataille pour l'avenir du Centre est commencée!

 

 

 

 

 

Direct Matin à Jean-Louis Borloo: "On observe une montée du FN. Comment l’interprétez-vous ?"

"Par l’absence d’un centre fort pour lutter contre les extrêmes. A chaque fois que le centre a été puissant, ils ont cessé de progresser. Les Français ont essayé l’UMP, aujourd’hui le PS, ils se disent : pourquoi ne pas essayer autre chose ? Mais la France n’est pas devenue d’extrême droite. C’est un problème d’offre politique."

Jean-Louis Borloo, interview du 22 octobre 2013 dans Direct Matin: Un centre fort contre les extrêmes

 

 

"L'alternative crédible" est la sensibilité populaire du Centre. La majorité des français ne se reconnaissent pas dans les partis existants tout simplement parce que le parti représentant leurs convictions n'existe pas. Je suis persuadé que la majorité des français sont centristes, mais d'un Centre populaire, libéral, écologiste et alternatif, bien différent du Centre "mou" que se contentent trop souvent d'être les partis centristes. Bayrou avait suscité un formidable espoir en 2007 qui a malheureusement été déçu. Borloo a réussi en 2012 l'oeuvre de rassembler les centres en créant l'UDI puis en l'associant au MoDem au sein de l'Alternative, ce qui, avec sa personnalité incomparable, a redonné vie à la flamme allumée en 2007. Cette flamme ne doit pas disparaître et doit être le fer de lance du renouveau de la vie politique et du redressement de notre pays. C'est la raison d'être de "l'alternative crédible", la sensibilité populaire du Centre qui, pour mieux s'organiser, est désormais une marque déposée à l'INPI.

 

"Le Think-Tank de l'alternative crédible" est conçu comme un laboratoire d'idées de la sensibilité populaire du Centre. Il se définit par les 3 missions qu'il se donne:

 

 

  1. Défendre l'Alternative, l'union de l'UDI et du MoDem, et au-delà un rassemblement allant du libéralisme du mouvement "Nous Citoyens" de Denis Payre au convivialisme du mouvement "Nouvelle Donne" de Pierre "Larrouturou, en passant par l'écologie indépendante et les combats contre les lobbys de Corinne Lepage. Le Centre ne se développera durablement que si, sur le plan des idées, il incarne une troisième voie aux idées bien construites et lisibles pour le grand public et, sur le plan de la stratégie politique, il adopte dans l'unité celle qu'a déterminée avec beaucoup de clarté Jean-Louis Borloo et qui peut se résumer par le triptyque "le rassemblement des centristes, l'alliance avec la Droite républicaine, l'opposition constructive à la Gauche et au gouvernement"Le repli de Bayrou sur sa Mairie de Pau, le retrait de Borloo et le fort besoin de renouvellement de la vie politique laissent le Centre sans leader charismatique, ni candidat évident à la présidentielle. L'émergence d'un nouveau leader charismatique est la bienvenue, mais ce leader, pour avoir des bases solides, devra incarner une synthèse entre le "Bayrouïsme", le "Borlooïsme", l'écologie indépendante, le convivialisme et le libéralisme populaire qui seuls ont de vrais ancrages dans l'opinion. Toutes les idées que prônent ces courants de pensée ne sont pas compatibles entre elles ni toujours pertinentes. Le rôle de l'Alternative Crédible est de faire le tri pour en extraire un corpus idéologique cohérent à la base d'une véritable alternative crédible pour notre pays. L'émergence d'une pensée politique alternative et crédible est essentielle pour soutenir l'émergence d'une force politique alternative et crédible. De plus, les français sont beaucoup plus en attente d'une alternative que d'une alternance. Les partis politiques de "l'ancien système" se sont fossilisés dans la défense de clientélismes et des intérêts d'une oligarchie au détriment de l'intérêt général, de l'intérêt des générations futures, et des intérêts des classes moyennes et populaires et des entrepreneurs. Cette pensée alternative existe potentiellement. Je lui ai donné le nom de "libéral éco convivialisme".
  2. Rompre avec la culture traditionnelle de "parti de notables" du Centre pour adopter la culture de "parti populaire", de parti de militants et de supporteurs comme le sont le PS, l'UMP, le Front de Gauche et le FN. Ne pas s'être donné les moyens de construire un grand parti est l'une des principales raisons de l'échec du MoDem. Borloo a commencé à bâtir un vrai parti, mais sa mission ne sera parachevée que si l'UDI ne se replie pas sur ses anciennes petites chapelles et donne toute sa place aux adhérents directs comme le voulait Borloo. L'alternative crédible défend les intérêts des adhérents directs de l'UDI et de tous ceux qui veulent redonner ses lettres de noblesse au militantisme au sein de l'UDI, (tout en faisant un choix clair en faveur de Jean-Christophe Lagarde pour la résidence de l'UDI). L'alternative crédible défend l'ouverture de l'UDI sur la société civile et propose de créer des "Ateliers Citoyens" ouverts à des milieux ne fréquentant plus les cénacles du pouvoir, à des ouvriers, à des techniciens, à des ingénieurs, à des petits patrons, ... Le but de ces Ateliers Citoyens serait de réécrire les codes juridiques des différents domaines professionnels pour faire le tri entre les trop nombreuses normes, les alléger et les rendre plus cohérents. Ce travail serait fait par les acteurs de terrain, chacun dans son domaine de compétence et viendrait en complément du magnifique travail que fait déjà le "shadow cabinet" de l'UDI. D'ailleurs, ce travail mériterait d'être plus connu et plus médiatisé: http://contregouvernement.parti-udi.fr/
  3. Combattre le septicisme à l'égard de la politique et de l'Europe. La France est une construction politique par essence. Le ciment de son unité n'est pas une religion ou une homogénéïté éthnique, mais la citoyenneté. La réussite de la construction européenne est indispensable. La France ne s'en sortira donc que si on réhabilite la politique et l'Europe auprès des français.

 

Pour cela le Centre doit se concevoir comme "un syndicat" qui, au nom "d'une grille de lecture bien définie", réagit à l'actualité et mène des combats. Le syndicalisme, c'est de défendre les classes moyennes et les entrepreneurs, les libertés, la transition écologique et le rêve européen. La grille de lecture, c'est celle du libéralisme authentique en opposition au néolibéralisme et à l'assistanat, le choix d'une société libre sur tous les plans, l'écologie progressiste en opposition à l'écologie punitive, l'Europe démocratisée et recentrée sur l'essentiel.

 

Le Centre est le défenseur des classes moyennes et populaires et des entrepreneurs en étant le promoteur du libéralisme authentique contre le néolibéralisme et l'assistanat. Le clivage entre patrons et salariés perd de son sens à notre époque. Vrais patrons attachés à leur entreprise et salariés ont de plus en plus des intérêts convergents. Ainsi le clivage traditionnel Gauche Droite perd progressivement de son sens au profit d'un clivage entre producteurs et profiteurs. L'indispensable réduction des dépenses publiques et la nécessité d'améliorer la compétitivité des entreprises ne doivent pas se faire au détriment du pouvoir d'achat et des salariés. C'est pourquoi il faut privilégier la méthode de la réorganisation structurelle de l'état et de la sécu plutôt que celle de "la flexibilité" ou celle des coûts de rabots.

 

Le Centre est le défenseur de toutes les libertés, des libertés publiques, économiques et sociétales. Les libertés publiques sont menacées par l'avancée des idéologies sécuritaires et hygiénistes et leur mariage dangereux avec les nouvelles technologies. Les libertés économiques sont menacées par l'accumulation de normes technocratiques, la bureaucratie et la complexité juridique croissante. Les libertés sociétales sont menacées par la montées des puritanismes et de l'immixtion de l'Etat dans la vie privée. Cette mission de défense de toutes les libertés repose sur la conviction que libertés économiques, libertés publiques et libertés sociétales sont interdépendantes.

 

Le Centre est le défenseur de la transition écologique. L'urgence écologique impose une politique massive et organisée de remise en cause de nos modes de production et de consommation. L'écologie punitive des Verts déconsidère l'écologie par son refus de prendre en compte les dimensions économiques et sociales, ce qui est insupportable pour les citoyens les plus fragiles dans la situation de crise actuelle. De plus elle est inefficace. Les entreprises et les organismes publics ont développé des stratégies d'affichage et de communication pour "verdir" leur image tout en masquant l'absence d' impacts réels sur l'écologie de leurs politiques. Le Centre doit donc être le parti qui lancera enfin en France la transition écologique, concrètement et à grande échelle.

 

Le Centre est le défenseur de l'Europe. Elle est menacée par la montée des nationalismes dans toute l'Europe et par ...  l'idée montante d'une union retreinte autour d'un noyau dur des nations les mieux intégrées. La première menace est connue, elle est la conséquence du manque de démocratie des institutions européennes, de la trop grande influence de la technocratie et de la montée des démagogies. Il est inutile de la détailler. La deuxième l'est moins. Faire une Europe avec plusieurs niveaux d'intégration est une fausse bonne idée (1). Voilà pourquoi il ne faut pas renoncer "au rêve européen" et faire les efforts nécessaires de réorganisation structurelle et d'optimisation de la gestion de notre secteur public pour permettre une convergence des politiques économiques et sociales suffisantes pour pouvoir conserver notre monnaie commune.

 

 

Le mot alternative n'est pas choisit par hasard. Il a un double sens:

 

C'est l'alternative au système d'alternances stériles entre la Droite et la Gauche. Cette alternative est "crédible" par opposition aux alternatives "non crédibles" que sont le Front National et le Front de Gauche.

 

C'est la recherche d'une alternative écologiquement, économiquement et socialement viable à notre modèle de société consumériste qui n'est plus viable écologiquement, ce qui est reconnu, mais qui également n'est plus viable socialement car il nécessite de moins en moins d'emplois bien payés pour fonctionner, ce qui n'est pas encore reconnu, hormis par le mouvement convivialiste. Il est donc nécessaire d'inventer un nouveau modèle de société, et cette démarche est au fond celle des altermondialistes. Mais à la différence des idées altermondialistes qui sont sympathiques mais utopistes, il est nécessaire que cette alternative soit "crédible". C'est donc "un altermondialisme crédible" fondé sur la théorie économique "du libéral éco-convivialisme" qui concilie le libéralisme authentique avec l'écologie progressiste et le convivialisme qu'il faut promouvoir.

 

 

Pour ce qui est de "la bataille pour l'avenir du Centre" en cours, 2 tendances semblent se dessiner aujourd'hui: ceux qui veulent avant tout "un Centre de conquête du pouvoir" ou ceux qui veulent "un Centre de partage du pouvoir" 'pour reprendre les expressions de Jean-Christophe Lagarde. Le choix de l'alternative crédible est clairement pour "un Centre de conquête du pouvoir". Nous n'avons plus besoin d'un Centre à la remorque de la Droite qui se contente de permettre à quelques responsables centristes de gagner quelques places. La situation du pays oblige à prendre nos responsabilités et à nous donner les moyens de faire émerger cette 3ème voie dans l'opinion au moyen d'un vrai travail de fond sur les idées et d'un changement de nos pratiques politiques. Ensuite il faut une stratégie stable qui tienne compte des réalités électorales et notamment de la bipolarisation. C'est pourquoi l'alternative crédible veut qu'on s'en tienne à la stratégie de Borloo, "le rassemblement des centristes, l'alliance avec la Droite républicaine et l'opposition constructive au gouvernement". Quant aux choix entre listes d'union avec l'UMP et listes indépendantes UDI MoDem, l'alternative crédible est pour le pragmatisme dans l'esprit de "la stratégie Borloo". Il faut partir en listes indépendantes quand le scrutin est la proportionnelle comme aux européennes ou quand nous avons bon espoir de faire un score à 2 chiffres, et en liste d'union dans les autres cas.

 

 

Avec le retrait de Jean-Louis Borloo, le Centre entre en ébullition. Le Think-Tank de l'alternative crédible prendra toute sa place dans la bataille qui s'annonce pour peser sur l'orientation politique future et pour soutenir l'émergence d'un nouveau leader.

 

 

Philippe Dervaux

 

 

Vous êtes libéral parce que vous êtes favorable au statut de l'auto entrepreneur, au développement du CESU, à la baisse massive et durable des charges sur les entreprises obtenue par une réorganisation complète de l' Etat, des collectivités locales, du système social et du système de santé, à la défiscalisation des heures supplémentaires, à l'exonération des frais de transmission des TPE et des PME, aux relèvement des seuils sociaux pour les ETI, à un statut dérogatoire pour les multinationales gardant ou transférant leur siège social en France, aux class actions, à une vraie régulation en faveur des producteurs, ... mais vous ne supportez pas la pensée unique économique néolibérale génératrice d'injustices sociales, de financiarisation de l'économie et de précarité ... et vous êtes contre le Traité Transatlantique.

Vous êtes écolo parce que vous êtes favorable à l'agriculture bio ou raisonnée, à l'investissement massif dans les énergies renouvelables, l'éolien maritime, le similicarne, le développement de voitures électriques ou hybrides, ... et que vous pratiquez le tri sélectif et investissez dans l'isolation thermique, ... mais vous êtes contre l'éco taxe telle qu'elle est faite en France, et contre toutes les formes d'écologie punitive et technocratique qui n'ont aucune efficacité écologique et sont anti sociales et anti économiques.

Vous êtes convivialiste parce que vous êtes conscient que notre modèle de société consumériste n'est plus viable écologiquement et que le tout commercial et le tout concurrentiel n'est plus supportable socialement et humainement. Vous êtes à la recherche de nouvelles formes de vivre ensemble et de vie collective où la convivialité est la valeur cardinale.

Vous êtes un farouche défenseur des libertés publiques menacées par les idéologies sécuritaires combinées aux nouvelles technologies et par la bien pensance étouffante des idéologies hygiénistes.

Vous êtes pro européen et vous ne succombez pas aux sirènes des protectionnistes de tous poils qui veulent exploiter les défauts bien réels de l'Europe actuelle pour la détruire.

Vous êtes pour une société unie, apaisée et pragmatique qui gère avec équilibre les questions de justice et de sécurité et les questions de société, parce que la vie est complexe et ne se résume pas à des caricatures.

... alors vous êtes de la sensibilité populaire du Centre et vous pouvez contribuer avec "l'alternative crédible" à une meilleure représentation de vos idées!

 

 

 

(1) Premièrement, c'est l'abandon du rêve européen pour une erreur d'appréciation. C'est considérer que certaines grandes nations comme la France sont plus aptes que d'autres à aller plus loin dans l'intégration européenne. C'est rigoureusement faux. La France est par exemple l'une des dernières à retranscrire dans son droit national les directives européennes. Elle est également l'une des nations qui aurait le plus de difficultés à accepter une harmonisation sociale. Même si certains pays d'Europe de l'Est ont plus rejoins l'Europe pour participer à un grand marché et pour faire parti de l'OTAN, ils sont bien plus capables que certains membres fondateurs de l'Europe à s'intégrer dans une Europe politique. Ce "noyau dur" commencerait avec l'Allemagne et sa zone d'influence (Bénélux, République Tchèque, Pologne, Danemark, Pays nordiques, Slovénie, peut-être Croatie) plus la France, l'Italie et l'Espagne. Très vite, devant l'impossibilité de l'Italie, de l'Espagne et de la France à accepter une plus grande convergence de leurs politiques économiques et sociales avec l'Allemagne, ces 3 pays en serait exclus l'un après l'autre. Il ne resterait que l'Allemagne et les nations de sa zone d'influence auxquelles il ne serait pas difficile de transférer des éléments de leur souveraineté à cette nouvelle "grande Allemagne" et à aligner leur système social et fiscal sur celui de l'Allemagne. L'euro deviendrait alors un "super mark". Cette hypothèse est tout à fait plausible en cas de faillite de la France, de l'Italie et de l'Espagne. L'Allemagne aurait alors le choix entre s'exonérer de soutenir financièrement ces nations et perdre leurs marchés, ou conserver leurs marchés bien malades mais supporter le poids considérable de leur sauvetage financier.  L'Allemagne choisira ce qui lui coûtera le moins cher tout simplement. Ce scénario est un risque qu'il ne faut pas négliger.

 

 

 

Les coups de gueule d'Henriane

Le blog de Joséphine

Le recueil de pensées libres de Philippe

Blogueurs Centristes

 

Vous voulez exprimer votre opinion. Vous pouvez créer votre propre page sur le site en cliquant sur l'image ou en nous contactant à: contact@lalternativecredible.fr

 

 

 

Se procurer "La Riposte Centriste"

Notre message en images

Répertoire des blogs et sites centristes de France