l'Alternative Crédible

Libérales-sociales, écolos, convivialistes, nos idées ont de l'avance.

Le MoDem que nous voulons

 

A Paris le 14/06/2009,

 

Chers amis,

 

Nous avons gardé le silence pour laisser passer le temps de la colère et de la tristesse mêlées. Aujourd’hui, militants actifs engagés à vos côtés, nous voulons dire pourquoi nous sommes là.

 

 

Nous sommes là car nous avons été heureux de mener la campagne des Européennes sur le terrain.

Nous avons été fiers de défendre sur le terrain un programme et des choix inspirés par une exigence sociale, une exigence civique, une exigence écologique, par une volonté de créer un nouveau modèle de croissance. Nous y avons retrouvé les valeurs fondamentales de la construction européenne, et notamment la nécessaire solidarité, base de l’efficacité économique.

Ce programme n’a pas été entendu car la campagne autour de l’opposition à Nicolas Sarkozy, surmédiatisée, a fait écran. Résultat, nous avons donné l’impression de nous être trompé d’élection alors que les Français attendaient de nous que l’on donne des perspectives sur la question fondamentale : aujourd’hui quel est le sens du projet européen ?

 

 

Soutenir Marielle, Bernard, Fadila et tous les autres, travailler en amont avec Bernard et partager le bonheur de faire campagne avec l’ensemble des colistiers ont renforcé notre volonté d’agir. Tous, nous les remercions chaleureusement.

 

 

Nous sommes là car nous vous avons rejoints pour être au centre.

Etre au centre, pour nous, a un sens précis : c’est avoir un esprit pionnier pour définir une nouvelle voie dépassant les vieux clivages et débouchant sur un contrat entre l’Etat et le citoyen.

Comme tant d’autres, notre préférence, dans un passé récent, avant 2007, allait à la gauche socialiste, parfois aux Verts. Comme tant d’autres, nous nous sommes sentis orphelins d’une gauche incapable de se réformer (« Pourquoi j’ai choisi François Bayrou », Jean Peyrelevade, décembre 2006, Le Monde), inapte à incarner et surtout à repenser les valeurs de la social-démocratie.

L’indispensable dimension critique, portée par François Bayrou, sur le système défendu par le pouvoir actuel, a joué un rôle évident. Et nous avons entendu dans cette critique, un appel à prendre l’initiative pour bâtir le projet d’une société ouverte, plus juste et dans laquelle le développement réconcilie les objectifs économiques, sociaux et environnementaux.

Pour nous, une large voie reste ouverte entre le projet de société de la droite de gouvernement et celui qui essaie de relancer une idéologie de gauche anti-libérale autour du « Front de Gauche ».

 

 

Nous sommes là car, démocrates, nous avons une conception exigeante de la participation.

La participation effective n’est pas la démocratie directe.

Elle implique, chez chacun de nous, les efforts d’un travail de fond et la création de conditions d’échanges favorisant la qualité de la délibération et les propositions. Appliquons en interne les règles démocratiques que nous prônons en externe!

Elle implique, à tous les échelons, une gouvernance permettant d’agréger les expressions d’un pluralisme - qui est l’essence même de notre Mouvement vu le corps constitutif de ses adhérents - autour de finalités communes. Une unité dans la diversité, en quelque sorte!

Elle implique une capacité d’autocritique et d’évaluation de nos propositions et de nos actions.

Nous mesurons combien il est difficile, même à l’échelle d’une section, de tendre vers ces exigences. Mais c’est ainsi que nous entendons une « nouvelle forme d’engagement » (Marielle de Sarnez), favorisant l’expression, l’implication et la capacité d’initiative de tous les militants.

 

 

Nous sommes là car nous voulons participer à la construction d’une nouvelle formation politique au-delà, nous l’avons dit, des clivages partisans traditionnels.

L’électrochoc des élections européennes nous enseigne que notre objectif prioritaire doit être de bâtir un grand parti de masse dans lequel se reconnaîtra une large partie de la société française.

Nous avons, depuis le départ, conscience que cela prendra du temps et que le contexte est difficile (système bipolaire, simplification médiatique, obsession électoraliste…). Cela n’altère en rien notre volonté car sont en jeu, derrière cette construction, la rénovation de la vie politique et la vitalité démocratique dans notre pays. Le pouvoir en place poursuit son entreprise de cannibalisation et d’asphyxie : plus que jamais, la question d’une alternative responsable, positive et mobilisatrice est posée.

Face à ce chantier, nous avons des atouts : la jeunesse de notre Mouvement (entendue comme une capacité de réaction et de remise en question) et« l’aspiration, forte et large, à s’émanciper d’un vieux carcan bipolaire » (Jean-François Kahn) qui est une tendance de fond dans la société française.

 

 

Nous sommes là car nous voulons participer à l’affirmation d’un projet.

C’est la condition sine qua non si notre Mouvement veut proposer une offre politique - autrement dit se  définir par un contenu -, bâtir une vraie force d’alternance et soutenir l’ambition d’une perspective présidentielle.

Ce projet - celui de « l’économie sociale de marché » (François Bayrou) - doit nous inviter à repenser l’essentiel : une doctrine socio-économique exprimée clairement.

Cette doctrine est fondée sur quatre piliers :

- la politique sociale (redistribution, nouveaux canaux de solidarité, refus du toujours plus de flexibilité et défense du droit du travail…);

- une approche libérale définie comme la reconnaissance de l’efficacité de l’initiative privée, facilitant la vie des entrepreneurs et favorisant le développement des entreprises;

- une économie durable (« écologisation de l’économie » Corinne Lepage) et une finance au service de l’investissement à moyen et long terme;

- une conception moderne de l’Etat, de sa réforme, de  l’action publique

(avec la question centrale des finances publiques) et de l’éducation.

Repenser l’essentiel dans une triple dimension écologique, sociale et éthique et dans le rapport de notre pays à l’Europe et au monde.

C’est ainsi que se décline, pour nous, un projet de société humaniste pour le 21ème siècle qui s’incarne au quotidien, pour les citoyens, dans nos combats pour les libertés individuelles et publiques, pour la démocratie, pour les valeurs de la République et de l’Europe.

 

 

 

Nous sommes là car nous devons être tous sur le terrain.

Il existe des militants et des citoyens à remobiliser (quelque 20% des électeurs de François Bayrou du 1er tour de l’élection présidentielle de 2007 ont voté Europe Ecologie le 7 juin). Un travail au plus près des préoccupations et des problèmes concrets de la vie des gens est à faire. Nous devons porter notre projet et l’enrichir auprès des organisations syndicales et patronales et des associations de la société civile.

Faire de la politique c’est poser la question des rapports entre les valeurs et l’action quotidienne. C’est se dire : de quelles valeurs le quotidien des gens peut-il être porteur ? Il faut être à la hauteur du quotidien pour observer les valeurs qui s’y forment.  C’est à cette source que nous élaborerons notre éthique de responsabilité.

 

 

Nous sommes là car nous souhaitons que notre Mouvement ait une capacité d’ouverture et de rassemblement.

Nous portons un grand respect à la sensibilité centriste historique, celle qui constitue le socle de la formation à venir. Mais si nous voulons dépasser les clivages d’hier, alors rapprochons nous de ceux - dans les autres mouvances - qui se retrouvent en convergence sur des points fondamentaux. Nous devons être le mouvement autour duquel on fait  jonction. La capacité d’agréger est une qualité que nous devons tous nous efforcer de cultiver.

 

 

Il faudra du temps… « mais on dirait que les choses vont changer maintenant » (Bob Dylan) .

 

 

A très, très bientôt.

 

 

Philippe Dervaux, animateur de la section de Paris 11ème,

Catherine Véglio-Boileau, co-listière en Ile-de-France aux Européennes, Paris 11ème.

 

 

(Les propos de ce texte n’engagent que leurs auteurs)

Les coups de gueule d'Henriane

Le blog de Joséphine

Le recueil de pensées libres de Philippe

Blogueurs Centristes

 

Vous voulez exprimer votre opinion. Vous pouvez créer votre propre page sur le site en cliquant sur l'image ou en nous contactant à: contact@lalternativecredible.fr

 

 

 

Se procurer "La Riposte Centriste"

Notre message en images

Répertoire des blogs et sites centristes de France