l'Alternative Crédible

Libérales-sociales, écolos, convivialistes, nos idées ont de l'avance.

Manifeste pour un centre décomplexé

 

image fabriquée à partir de la couverture modifiée du livre de Jean-François Copé "Manifeste pour une droite décomplexée"

 

 

(Ceci est mon programme expérimental initial qui est en cours de révision. Mon nouveau programme "Et si on changeait tout?" reprend la même philosophie mais est exprimé sous forme de 41 propositions choc)

 

 

Face à une Droite décomplexée, porte parole sur le plan sociétal de la demande d'autorité et de repaires identitaires et s'appuyant sur le plan économique sur le néo libéralisme, le Centre droit n'apparaît que comme sa simple nuance humaniste et sociale, sans véritable colonne vertébrale intellectuelle.

 

Pire, alors que dans les faits les politiques menées par la Droite et la Gauche se ressemblent de plus en plus, il apparaît souvent aussi comme un entre-deux inutile, car "l'entre-deux de presque pareil c'est presque rien".

 

Alors comment ce grand courant d'opinion , qui a dominé la vie politique française pendant deux siècles, peut rebondir aujourd'hui?

 

Ma réponse est qu'il doit faire preuve de courage et de créativité dans les idées pour redevenir le parti des entrepreneurs et des classes moyennes que la Droite et la Gauche ont abandonnées au profit des clientélismes et des corporatismes auxquelles elles sont liées. Il doit également devenir "le syndicat des générations futures" que le statu quo depuis 20 ans sur l'endettement, la désindustrialisation et l'inefficacité des politiques menées pour faire face à l'urgence écologique sacrifie scandaleusement. Enfin, il doit affirmer avec force ses valeurs de pragmatisme, d'ouverture, de liberté et de tolérance, car derrière tout combat politique il y a des valeurs et seuls ceux qui défendent les leurs fièrement peuvent en convaincre d'autres de les adopter.

 

Voilà le fil rouge du programme qui suit qui est rédigé sous forme de réponses concrètes aux grandes questions que tout le monde se pose.

 

 

 

 

Quelle politique mener pour sortir la France de la crise?

 

 

Sur le plan théorique, la solution est connue: il faut simultanément réduire la dépense publique et relancer la croissance. C'est plus facile à formuler qu'à réaliser car réduire les dépenses publiques a inévitablement un effet récessif. Le débat publique actuel ne porte donc uniquement que sur l'ampleur de l'austérité à mettre en oeuvre. Les uns réclament des réformes rapides avec des coupes dans les dépenses sociales, des réductions massives d'effectifs dans les services publics, plus de flexibilité pour les salariés, ... Les autres rétorquent qu'il faut temporiser pour éviter d'entrer dans un cycle récessif comme la Grèce ou l'Espagne. Mais paralysés par les conséquences sociales prévisibles de la solution "libérale" que prônent les uns, tous les politiques depuis 30 ans, quelques soient leur camps et leurs idées, ont préféré temporiser et gagner du temps en utilisant des rustines. Que ce soit Mitterrand, Chirac, Sarkozy ou Hollande, quelques soient les différences de forme qui s'expliquent surtout par des différences de personnalités, ils ont sur le fond fait la même politique attentiste.

 

La situation de la France est désormais catastrophique. Il faut sortir d'urgence de cette pseudo alternative entre une austérité "classique" et le statu quo prudent. Pour cela, il faut se libérer de 4 grands écueils: la pensée unique, les clientélismes, la technocratie et la politique des petits pas.

 

1) Un rapport récent de l'OCDE résume bien ce qu'est "la pensée unique" enseignée dans toutes les grandes écoles, les écoles de commerce, les études universitaires économiques, ... et partagée par la quasi totalité des élites intellectuelles et économiques comme Jacques Attali et Alain Minc. Il prône sans surprise plus de concurrence dans le secteur des services, la réduction des dépenses sociales, la remise en cause des acquis sociaux et plus de flexibilité dans le droit du travail, ...  Ces solutions sont connues et nos élites les considèrent comme les seules possibles. Nos politiques sont incapables d'en imaginer d'autres ... mais ils refusent obstinément de les appliquer. En effet, en théorie il serait possible après une sévère cure libérale aux conséquences sociales désastreuses de relancer la machine économique. Dans les pays anglo saxons, en Espagne et en Asie cela a marché à plusieurs reprises. Mais ce modèle est inapplicable en France. Le peuple français est beaucoup trop attaché aux valeurs d'égalité et de protection des plus faibles par l'Etat pour que cela soit accepté.

 

La question est donc de savoir s'il est possible de concevoir une forme de libéralisme "à la française" qui permettrait de réduire concrètement les charges directes et indirectes sur les entreprises pour améliorer leur compétitivité tout en préservant "la douceur de vivre à la française". Ma réponse dans ce site est que oui c'est possible. Pour cela il faut remplacer "les coupes" dans les dépenses publiques que prônent les partisans de l'austérité "classique" par "des réorganisations" pour adopter des modes de fonctionnement moins coûteux. Cela passe aussi par une politique "d'assouplissement" au lieu d'une politique "de casse" de notre modèle social.

 

2) Cependant, réorganiser et assouplir notre modèle social ne sont possibles que si on se libère des clientélismes qui bloquent toute remise en cause des fonctionnements actuels. Le bipartisme a fossilisé les 2 grands partis UMP et PS dans la défense de clientélismes. On ne peut réorganiser l'Education Nationale et les collectivités locales qui sont des chasses gardées de la Gauche. On ne peut réorganiser le système de santé qui est une chasse gardée de la Droite. On ne peut réorganiser la formation professionnelle qui est une chasse gardée des syndicats ouvriers et patronaux qui y trouvent leur principale source de financement... Rien n'est possible sans "une alternative" à ce système de clientélismes mêlés. Pourvu qu'elle vienne du Centre et non de l'Extrême Droite!

 

3) La technocratie est un poison. Les armées de technocrates qui "gangrènent" les ministères et les administrations tuent toute initiative politique et toute créativité dans les idées. Ils enferment toutes les décisions dans un juridisme excessif. Ils sont incapables d'inventer autre chose que des taxes  et des réglementations nouvelles. Souvent même, ils pervertissent les bonnes initiatives des politiques qui finissent par produire l'effet inverse de l'effet escompté. Prenons l'exemple de l'éco taxe. Elle était initialement destinée à favoriser les circuits courts en ne taxant que les très gros camions transportant les marchandises importées. Comme elle ne peut être appliquée en France sur les autoroutes car elles ont été privatisées (c'était une grave erreur), l'éco taxe a été réservée au nationales. Et comme il n'y avait pas assez de très gros camions sur les nationales pour rentabiliser le coût des portiques, les technocrates ont décidés d'appliquer l'éco taxe aux petits camions. Résultat, les circuits courts et la production française sont pénalisés tandis que les importations sont exonérées!

 

4) Il faut sortir de la politique des petits pas prudents, un pas en avant deux pas en arrière. C'est le principal reproche que les français font à François Hollande. C'est la principale raison de l'impuissance de la politique à changer la situation des français. C'est la raison principale de la désaffection envers la politique. La France a besoin d'une grande politique réformatrice du Centre. La France a besoin d'un leader centriste capable d'imaginer des solutions nouvelles adaptées à sa culture et à ses valeurs et capables de réduire les dépenses publiques tout en relançant la croissance. La France a besoin d'une "Margaret Thatcher" du Centre capable de faire les choix nécessaires dans tous les domaines et de mobiliser autour d'une grande politique cohérente et neuve.

 

Cette politique existe en théorie et elle est fondée sur deux choix fondamentaux:

 

Il n'y a que deux façons de réduire massivement les dépenses publiques: soit on garde l'organisation actuelle mais on fait des coupes brutales dans les prestations sociales et les effectifs de la fonction publique, soit on change en profondeur l'organisation de l'Etat, des collectivités territoriales, de la formation professionnelle et du système social pour permettre de faire mieux en dépensant moins et avec des effectifs réduits. C'est cette réorganisation en profondeur que je propose.

 

Et il n'y a que deux façons d'accroître massivement la compétitivité des entreprises: soit on casse notre modèle social en remettant en cause le salaire minimum et le contrat de travail pour apporter de la "flexibilité", soit on baisse massivement les charges directes et indirectes sur les entreprise et l'on crée les conditions pour une relance de l'investissement sous toutes ses formes. C'est ce choix que je prône de faire.

 

Voilà pour les généralités. Maintenant je vous laisse découvrir les propositions concrètes.

 

 

 

 

Comment réduire les dépenses publiques?

 

 

  • Une grande réforme des collectivités locales: passer de 22 régions métropolitaines à 8, recentrer les compétences des régions sur l'animation d'une politique industrielle, la formation professionnelle, et la gestion des transports. Les décharger de la gestion des lycées. Recentrer les départements sur le social, la gestion des collèges et des lycées et la gestion des routes. Réorganiser l'échelon des 36 000 communes de France en Communautés de communes dans lesquelles les villes deviendraient des arrondissements gérés selon la loi PLM. Seules les villes n'appartenant à une Communauté de communes resteraient des villes de plein exercice. Supprimer les doublons en interne de ces 3 échelons et interdire les chevauchements de compétences entre ces trois échelons. La réintégration des organismes para-publics dans leur échelon correspondant.
  • Repenser la gouvernance du Grand Paris: Fusionner les 4 départements 75 92 93 et 94 en un seul grand département (comme l'ex département de la Seine), annuler la création des 27 intercommunalités prévues et supprimer les 3 existantes, transformer toutes les villes du territoire du Grand Paris en arrondissements, supprimer la Mairie de Paris et la remplacer par une Mairie du Grand Paris, annuler les créations prévues d'une Conférence métropolitaine, d'un Conseil Métropolitain et d'un Conseil d'administration du Conseil métropolitain.
  • Un meilleur contrôle des dépenses des collectivités locales: la renégociation de certaines délégations de service public lors de leurs renouvellements, la renégociation des PPP en cas de non respect des services prévus dans le contrat, et la renégociation des PPP aux clauses abusives.
  • La réorganisation de la formation professionnelle: Supprimer les 99 OPCI (organismes collecteurs) et inverser le circuit de financement en offrant à chaque français en âge de travailler un chèque annuel de 400€ payable uniquement en heures de formation professionnelle qui serait utilisable et cumulable d'année en année librement. Cette réforme permettrait de réduire de 32 à 22 Milliards d'euros le coût de la formation professionnelle tout en corrigeant sa trop faible utilisation par ceux qui en ont le plus besoin (1/10 chômeurs en bénéficient).
  • La réorganisation de la médecine: recentrer progressivement l'offre de soin autour de 3 pôles, la médecine naturelle préventive, les centres de santé pour la médecine "d'entretien", et les services d'urgence pour la médecine d'urgence.
  • La rationalisation du système juridique et administratif: un inventaire des lois et leur simplification par leur regroupement en une loi par domaine, l'informatisation maximale des services arrières des administrations et la mutation de personnels du back office vers le front office, l'optimisation des process, ...
  • Une grande réforme des retraites: (cf comment sauver notre système de retraite par répartition)

 

 

 

Comment sauver notre système de retraite par répartition?

 

 

  • Reporter l'âge minimum de départ à la retraite à 65 ans immédiatement et pour tout le monde.
  • Augmenter la durée légale pour obtenir une retraite à taux plein à 45 ans immédiatement et pour tout le monde.
  • Aligner le calcul de la retraite du public sur celle du privé. (en réintégrant les primes des fonctionnaire dans le calcul).
  • Supprimer les régimes spéciaux hormis celui des militaires.
  • Mettre en place un système de retraite par points, qui sera utilisé notamment pour tenir compte de la pénibilité, pour compenser les effets sur la carrière des femmes de la maternité, pour tenir compte des handicaps et pour rendre plus lisible le calcul de la retraite des personnes ayant une carrière hachée entre périodes de travail et périodes sans.
  • Mettre en place un dispositif (volontaire uniquement) de cumul mi-temps et demi retraite pour les personnes âgées de 55 ans à 75 ans.
  • Rendre dégressive les charges sociales sur les entreprises pour les salariés de plus de 50 ans. Aucune réforme des retraites ne peut réussir si le taux d'emploi des seniors reste aussi bas. Il faut encourager fiscalement les entreprises à embaucher et conserver des seniors.
  • Créer un PERP National, soit un fond pension français dont la souscription serait majoritairement volontaire, hormis un minimum obligatoire proportionnel aux revenus.
  • Interdire les "retraites chapeaux" La faiblesse des politiques face aux injustices et aux privilèges décourage la France qui travaille.
  • Remettre un peu de justice sociale dans le système: indexer la revalorisation du minimum vieillesse sur l'inflation plus un point pendant 10 ans, revaloriser la retraite des agriculteurs et des commerçants, mais aligner complètement la fiscalité des retraites sur celle des salaires de façon à taxer plus les grosses retraites.

 

 

 

Comment améliorer la compétitivité de nos entreprises?

 

 

  • Par un plan de réduction programmée sur 10 ans des charges sociales sur les entreprises et du foncier d'entreprise. Le poids des charges sociales en France est énorme. Pour 100€ de salaire versé à un employé, un patron français paie 41€ de charges sociales contre 23€ pour un patron allemand. D'une façon générale, le poids des dépenses publiques est de 57% du PIB, ce qui est largement 10% en trop alors que des augmentations de dépenses prévisibles ne sont pas même pas financées (déficit du régime des retraites, dépendance, ...). Pour pouvoir réduire d'un quart les charges sociales sur les entreprises (soit passer de 280 Milliards d'€/an à 210 Milliards) sans augmenter par ailleurs les impôts, il faudrait donc faire au moins 70 Milliards d'économies par an en réorganisant complètement le fonctionnement de l'Etat, des collectivités territoriales, du système de santé, de la formation professionnelle, des retraites et des prestations sociales.
  • Une fois que cette diminution serait acquise grâce aux réorganisations, (et uniquement après cette diminution!), il faudrait transformer une partie des charges sociales restantes en taxe sur le Chiffre d'Affaire et une autre partie en taxe carbone. Le chiffre d'affaire global de toutes les entreprises en France est de 4000 Milliards d'€. Une taxe donc de 1.75% rapporterait 70 Milliards. Cependant une reconversion d'une partie des charges sociales en taxe sur le Chiffre d'Affaire et en taxe carbone n'a de sens que dans un contexte général de baisse des charges. Le faire dans la situation actuelle conduirait inexorablement à un alourdissement supplémentaire de la fiscalité (quelques soient les engagements des politiques à compenser intégralement le transfert de fiscalité).
  • En développant encore le Crédit Impôt Recherche. Pourquoi changer quelque chose qui marche!
  • En adoptant une fiscalisation avantageuse pour les fonds propres des entreprises. Arrêtons avec cette stupide idée d'aligner la fiscalité des revenus sur celle du travail. Les entreprises françaises manquent de fonds propres.
  • En dirigeant l'épargne des particuliers vers le financement des entreprises françaises: Le gouvernement prépare actuellement une intéressante réforme du PEA et de l'Assurance-Vie dans ce sens.
  • En créant un label "Produit en France" indiquant la part de production en France. Inciter les consommateur à acheter français est une idée efficace parce qu'elle modifie réellement les habitudes de consommation, alors qu'une simple modification de 10% aurait des effets considérables.
  • En assouplissant le modèle social: cf comment réformer notre modèle social?

 

 

 

Comment créer un environnement favorable à l'entrepreneur?

 

 

  • Par la réduction des charges et la stabilité fiscale: C'est basique mais c'est le plus important. Il faut réduire en priorité les charges sociales et la taxe foncière des entreprises.
  • Par la simplification du droit du travail et l'allègement des réglementations: En faisant de la démocratie participative! Des commissions techniques formées de professionnels (et non de technocrates) doivent faire l'inventaire des lois et réglementations de leur domaine et proposer les simplifications nécessaires.
  • Par la réforme du RSI: Le RSI fonctionne mal principalement pour des problèmes informatiques. Investissons dans un nouveau projiciel!
  • Par la réforme des tribunaux de commerces: Il est urgent de relancer le débat sur la professionnalisation des tribunaux de commerce pour mettre fin aux abus.
  • Par la réduction des effets de seuils: C'est le principal frein au développement des entreprises. La France manque d'ETI.
  • En faisant un Small Business Act à la française: La réduction des délais de paiement de l'Etat et des collectivités territoriales et une préférence dans les appels d'offre pour les PME locales sont un sain patriotisme économique.
  • En supprimant les droits de succession lors de la transmission des PME et des TPE: Ces taxes coûtent plus cher en richesse détruite et en emplois perdus qu'elles ne rapportent au budget.
  • En tenant compte des besoins des entrepreneurs (au sens large, commerçants, livreurs, ...) dans la définition des politiques de circulation et de stationnement en zone urbaine: On "empoisonne" la vie quotidienne de la France qui travaille. Un peu de pragmatisme et de reconnaissance envers ceux qui produisent notre richesse nationale ne serait pas de trop.

 

 

 

Comment réformer notre modèle social?

 

 

  • Renégocier les 35 heures, le CDI et le SMIC branche par branche: Les accords nationaux ne sont pas assez souples et adaptés aux différentes professions. Les accords par entreprise sont trop défavorables aux salariés. Cela permettrait de remettre de la souplesse dans notre modèle social sans le casser.
  • Instaurer la priorité aux licenciés du privé dans les embauches dans le public: C'est une façon astucieuse de dédramatiser les plans sociaux et de remettre de l'humanité dans le système.
  • Accorder 2 ans de formation payée à 80% du salaire en échange d'un assouplissement des plans sociaux: La législation des plans sociaux est trop rigide et décourage l'investissement en France, alors que l'accompagnement des salariés licenciés est insuffisant.

 

 

 

Comment réformer notre fiscalité?

 

 

  • Fusionner l'IR et les PS, augmenter le nombre de tranches pour plus de progressivité avec une dernière tranche à 50%: .Pourquoi Hollande n'a pas utilisé ses compétences en fiscalité pour faire la grande réforme fiscale qu'il avait promis?
  • Payer la prime pour l'emploi l'année correspondante aux revenus et non un an après: Ce serait rendre plus lisible et plus cohérent ce dispositif.
  • Institutionnaliser par un référendum un plan sur 10 ans de baisses constantes des charges sociales et de la fiscalité foncière pour les entreprises: Les promesses ne sont plus crédibles. L'insécurité fiscale décourage l'investissement. Ce serait le meilleur moyen d'améliorer la compétitivité et d'encourager l'investissement qui sont les 2 moteurs de la croissance.
  • Créer le statut de multinationale française: La culpabilisation permanente des grandes entreprises est une stupidité masochiste. Il faut les inciter à relocaliser leurs bénéfices en leur créant un statut fiscal dérogatoire concurrentiel avec ce qui se fait dans le reste du monde (8%). Les principes d'égalité entre entreprises sont beaux mais le pragmatisme est mieux.
  • Rendre ses avantages initiaux au statut d l'entrepreneur, et l'étendre aux commerçants et aux artisans en leur permettant d'embaucher avec ce statut: Le gouvernement se penche actuellement sur la question et prose des pistes intéressantes où les artisans se verraient appliquer le même principe que les auto entrepreneurs, à savoir payer uniquement sur les bénéfices qu'ils ont faits.
  • Remettre les avantages fiscaux sur le travail à domicile: Cela a été une grosse erreur de Hollande de les raboter.
  • Réformer l'assurance-vie et le PEA pour les rendre plus attractifs lorsqu'on investit dans l'industrie française: Un projet intéressant du gouvernement est en cours de préparation.
  • Rendre plus attractive la fiscalité sur les fonds propres des entreprises: Arrêtons avec cette stupide idée d'aligner la fiscalité des revenus sur celle du travail. Les entreprises françaises manquent de fonds propres....
  • Elargir l'assiette fiscale en légalisant la prostitution et la vente de drogue douce (hachich) de façon à pouvoir contrôler et fiscaliser ces marchés: Tout interdire c'est tout autoriser, même le pire. La légalisation de la prostitution permettrait de mettre en place une véritable politique de protection et de réinsertion des prostituées. La légalisation du chit permettrait de veiller à la qualité des produits vendus en France tout en coupant l'herbe sous le pied de la délinquance dont ce trafic représente la principale ressource. La fiscalisation raisonnable de ces deux marchés rapporterait à l'Etat plusieurs milliards d'euros par an. Pourquoi s'en priver?
  • Baisser la fiscalité sur le foncier agricole en l'assortissant d'une politique de protection des terres agricoles: Heureusement que le gouvernement a reculé sur ce sujet dans son projet de loi sur le logement. Les terres agricoles doivent à la fois être sanctuarisées (face à la spéculation immobilière) et être soumises à une fiscalité foncière plus faible... tout en relançant la construction sur les terres non agricoles!

 

 

 

Comment créer de la croissance?

 

 

Les deux ingrédients de la croissance sont la compétitivité des entreprises et l'investissement. Il y a également un lien fort entre dynamisme économique et société ouverte sur tous les plans. Et la croissance est la condition incontournable à toute baisse du chômage.

 

 

  • Par la compétitivité: Avec la baisse des charges sur les entreprises, la garantie de stabilité fiscale, l'assouplissement de notre modèle social, la simplification du droit et allègement des réglementations, la qualité des infrastructures publiques, un environnement plus favorable à l'entrepreneur, ...
  • Par l'investissement: Avec des grands projets (ci dessous), le renforcement du crédit impôt recherche, la croissance verte, ...

 

 

 

Dans quels grands projets investir massivement?

 

 

  • L'éolien maritime: La France a des atouts naturels dans ce domaine à valoriser.
  • Le simili-carne: Le développement des classes moyennes qui adoptent des modes de vie occidentaux dans les pays émergents rend indispensable le développement du similicarne. La surconsommation de viande actuelle est déjà une catastrophe écologique. Et la France a de nombreux atouts dans ce domaine.
  • Le très haut débit pour tous: Internet est source de croissance. L'investissement public dans le très haut débit et sa démocratisation sont rentables pour l'économie et une forme astucieuse de social.
  • Les centrales locales de production d'énergie renouvelable: Il faut avec un maillage du territoire en centrales de production d'électricité à partir d'énergies renouvelables créer un réseau complémentaire du réseau EDF traditionnel.
  • Le stockage de l'électricité, les batterie et les voitures électriques: La démocratisation des voitures électriques ou hybrides pour les habitants des zones périurbaines en construisant massivement autour des grandes villes des parkings relais équipés de bornes de rechargement est une superbe idée sur les plans écologique, social et économique.
  • La sécurité nucléaire: La France a une avance technologique dans ce domaine et la demande mondiale est importante. De plus le vieillissement de notre parc impose des investissements conséquents dans ce domaine quelques soient nos choix futurs. Un accident nucléaire aurait des conséquences humaines, écologiques et économiques catastrophiques.
  • La sécurité informatique: Que ce soit sur les plans militaire, de la défense des libertés publiques, de la lutte contre l'usurpation d'identité ou de la défense de nos secrets industriels, la sécurité informatique est devenue une priorité absolue à notre époque.

 

 

Comment réussir la transition écologique?

 

 

  • Par l'investissement massif dans les grands projets écolo industriels: Ce n'est pas d'une écologie punitive faite de taxes et de réglementations culpabilisantes et à l'efficacité réduite dont nous avons besoin, mais d'une "écologie joyeuse" faite de grands projets structurants entrant en synergie avec les dimensions économiques et sociales. L'écologie doit être un progrès, pas une régression.
  • Par une politique active privilégiant toutes les alternatives à l'incinération des déchets: Le tri sélectif, le retraitement des déchets, l'économie circulaire sont l'avenir. En cas d'impossibilité, l'enfouissement peut être utilisé. L'incinération doit être au maximum évitée et n'être utilisée uniquement qu'en dernier recours.
  • Par le développement des circuits courts: L'avenir est aux circuits courts d'autant plus qu'ils se marient parfaitement avec la relocalisation de la production en France et le "Produire en France" d'une façon générale.
  • Par l'investissement dans "l'utilitaire à obsolescence longue": L'obsolescence programmée et l'inflation de gadgets peu utiles ajoutés aux produits par "l'ultracommercial" sont des plaies de notre époque qui ont un coût écologique considérable. Le recentrage des produits sur leurs fonctions utiles essentielles et la recherche de produits plus durables doivent être encouragés. L'avenir est à "l'utilitaire à obsolescence longue". Si on prend un exemple dans l'automobile, ce serait la Logan écolo.
  • Par la conversion organisée vers le bio de l'ensemble de l'agriculture européenne: Cet objectif serait non seulement un pas de géant pour l'écologie, mais aussi le meilleur moyen de lutter contre la faim dans le monde. Il faut une réforme de la PAC pour privilégier le bio sur l'agriculture intensive.
  • Par l'investissement massif dans le simili carne: Le développement des classes moyennes qui adoptent des modes de vie occidentaux dans les pays émergents rend indispensable le développement du similicarne. La surconsommation de viande actuelle est déjà une catastrophe écologique. Et la France a de nombreux atouts dans ce domaine...
  • Par une politique d'économie de l'eau: Avec l'augmentation de la population mondiale, l'eau deviendra une denrée rare et chère. En France, la protection des nappes phréatiques contre les infiltrations d'engrais et la maîtrise de la consommation sont des priorités.
  • Par une politique de protection des terres agricoles: L'urbanisation et la spéculation immobilière grignotent sans cesse les terres agricoles, d'autant plus que la fiscalité foncière agricole est souvent exagérée, tandis que leur faible valeur incite à les transformer en terrains à bâtir.
  • Par une politique de protection des abeilles: Le nombre d'abeilles ne cesse de reculer alors qu'elles ont un rôle essentiel. Les coupables de cette catastrophe sont connus, mais les politiques n'ont pas le courage d'interdire les pesticides et engrais incriminés, pas plus qu'ils n'ont le courage de s'attaquer à Monsanto qui menace directement la diversité des semences et donc la biodiversité.
  • En protégeant l'écologie de la dérive technocratique, anti sociale et anti économique: Les cabinets ministériels sont remplis de jeunes diplômés arrogants et ignorants des réalités du terrain qui ont tous été formatés lors de leur scolarité dans le même moule technocratique. Leurs décisions sont empreintes d'un excès de juridisme et d'un manque de créativité et de pragmatisme. Ils ne savent qu'inventer de nouvelles taxes et de nouvelles réglementations au mépris de leurs impacts économiques et sociaux. Ils sont un fléau pour l'écologie qu'ils n'embrassent que par carriérisme et pour se donner une image écolo.

 

 

 

Comment éviter aux français de subir ce que les grecs et les espagnols ont subi?

 

 

  • En démystifiant le chantage à la flexibilité des néo libéraux: Le néolibéralisme instrumentalise les bons côtés du libéralisme (baisse des charges sur les entreprises, simplifications administratives, fluidité de l'économie,...) qu'il affirme défendre alors qu'il ne défend en fait que la flexibilité et la liberté de circulation des capitaux qui sont favorables aux milieux aisés. Il est un détournement du libéralisme au service d'une classe sociale. Cette conscience de classe est importante pour ne pas rejeter les solutions libérales qui sont sans doute les seules possibles, sans les laisser dénaturer par les néolibéraux.
  • En refusant le statu quo dans l'organisation de l'Etat: Le problème fondamental de la France est son incapacité à se réformer. C'est parce que nous n'arrivons pas à nous réorganiser en adoptant des modes de fonctionnement moins coûteux que nous sommes de plus en plus étouffés par l'augmentation des dépenses publiques et par l'augmentation des impôts de toutes sortes qu'elle entraîne.
  • Par l'investissement dans les grands projets écolo industriels d'avenir: Pour ne pas subir le déclin, il faut retrouver confiance dans l'avenir. Le simil carne, l'éolien maritime, le très haut débit pour tous, la sécurité nucléaire, ... sont des domaines d'avenir pour lesquels la France a des atouts naturels.
  • Par l'innovation sociale: Pour que la réduction des dépenses publiques n'entraîne pas une récession, il faut inventer de nouvelles formes de social qui apportent du bonheur et du pouvoir d'achat sans coûter trop chères aux finances publiques. Il faut se libérer de cette vision restrictive du social uniquement sous forme de subventions ou d'allocations.
  • En restant dans l'Europe et en se battant pour la réorienter: L'Europe est notre avenir, en sortir est une chimère dangereuse. Les français se plaignent toujours des décisions de Bruxelles, mais à la différence des allemands par exemple, ils ne s'investissent pas dans le lobbying pour peser sur ces décisions. Au lieu de pester contre le fonctionnement de l'Europe, on devrait s'investir pour le changer.

 

 

 

Comment améliorer le pouvoir d'achat?

 

 

  • Par une grande politique du logement visant à faire baisser les prix: Il faut assumer le choix d'une politique cohérente visant à augmenter l'offre et à contenir la demande, tout en fluidifiant le marché, de façon à provoquer la baisse des prix, au bénéfice des jeunes et des milieux modestes et au détriment de la valorisation des patrimoines immobiliers.
  • En créant les class actions à la française: La concentration des opérateurs dans certains domaines crée un déséquilibre au détriment du consommateur. Les ententes illégales pullulent.
  • En instaurant de la concurrence dans les marchés protégés: Certains marchés protégés entraîne une hausse des prix par manque de concurrence.
  • En plafonnant les frais bancaires d'incidents sur compte: Le coût des incidents bancaires est disproportionné par rapport au service que rend la banque. Ces frais exagérés sont une façon immorale de profiter des plus fragiles.
  • Par un meilleur contrôle des syndics d'immeuble: La passivité des pouvoirs publics devant les scandales à répétition dans les copropriétés est scandaleuse. L'Etat doit jouer son rôle de protecteur et de régulateur dans ce domaine pour enrayer l'explosion des charges dans les copropriétés.
  • En refusant l'augmentation des frais d'inscription universitaire en échange de la sélection des étudiants en première année sur dossier: Les universités sont étranglées financièrement. Accueillir tous les bacheliers en première année est une erreur. Réduire leur nombre de moitié avec une sélection sur dossier serait juste et efficace pour améliorer les finances des universités. En échange les frais d'inscription devraient être très fortement encadrés et réduits.

 

 

 

Comment réduire le coût du logement?

 

 

Le "marché" du logement fonction plus que d'autres secteurs selon la loi de l'offre et de la demande. La logique de la politique à mettre en place est d'augmenter l'offre et de contenir l'augmentation régulière de la demande. Cela revient donc à faire le choix, qui n'est pas évident pour beaucoup, d'une politique massive et cohérente visant à faire baisser les prix du logement à l'achat et à la location.

 

 

  • La protection des petits propriétaire pour les inciter à remettre des logements à la location: Trop de petits propriétaires n'osent plus remettre en location un logement après une mauvaise expérience. Nos lois sont trop favorables aux locataires et trop contraignantes pour les propriétaires. Il faut rééquilibrer notre législation. C'est la première façon d'augmenter l'offre.
  • La construction massive de logements sociaux et intermédiaires neufs: Il faut une loi pour faciliter l'acquisition de terrains à bâtir dans les zones où il y a de l'emploi. Cette loi doit être faite en simultanée avec une loi de protection des terres agricoles. En plus, nous devons avoir une politique fiscale cohérente de soutien à la construction et à la rénovation. C'est la deuxième façon d'augmenter l'offre
  • Le soutien à l'investissement locatif dans le neuf: Il faut inciter les milieux aisés à investir dans le locatif neuf par une offre intéressante de défiscalisation. C'est la troisième façon d'augmenter l'offre
  • Une politique d'incitation au partage des logements: Nos modes de vie (divorces, autonomie, ...) sont parfois responsable de l'augmentation de la demande. Une politique vigoureuse d'incitation au partage du logement permet de contenir l'augmentation de la demande.
  • Une politique de lutte contre les logements vacants dans les grands centres urbains: La multiplication des résidences secondaires ou des logements laissés vacants pour des raisons de spéculation immobilière dans les grands centres urbains est inquiétante (15% à Paris) et contribue à l'augmentation des prix. Seul le Front de gauche dénonce vraiment ce problème et il a raison (C'est bien la seule fois où je donne raison au Front de Gauche).
  • Le remplacement de la caution par une mutuelle: Les jeunes générations n'ont pas de patrimoine, pas de moyens d'en acquérir un et le système des cautions est particulièrement défavorable aux jeunes venant d'un milieu modeste.
  • La possibilité pour les locataires d'un logement social d'en devenir propriétaire au bout de 15 ans à un prix trois fois inférieur à celui du marché: L'augmentation des prix de l'immobilier fige les bénéficiaires de logements sociaux dans leur logement à vie et les oblige à ne jamais devenir propriétaire. Il faut remettre de la fluidité au marché de l'immobilier sans créer de drames sociaux.

 

 

 

Comment réduire contre les inégalités?

 

 

  • Lutter efficacement contre l'évasion fiscale en programmant à l'échelle européenne l'interdiction de toute transaction financière avec un paradis fiscal pour les entreprises comme pour les particuliers: .
  • Obliger les grandes entreprises à rendre publique leur échelle de salaire: ...
  • Rendre obligatoire la validation par le Conseil d'Administration d'une entreprise de la rémunération de ses dirigeants, quelqu'en soit la forme: ...
  • Créer "un statut d'étudiante-mère" et "un statut de jeune travailleuse-mère": ...
  • Créer des "emplois-senior": ...

 

 

 

Comment améliorer le vivre ensemble?

 

 

  • Accorder la nationalité française dès la naissance pour les enfants d'immigrés nés en France: ...
  • Accepter la bi nationalité (lorsque les accords internationaux le permettent) pour les immigrés de la première génération: ...
  • Créer "une carte de résident permanent" permettant les séjours longs hors du territoire: ...
  • Créer des écoles disciplinaires pour les mineurs délinquants: ...
  • Interdire le port de la capuche dans les gares SNCF et RER, les stations de métro et les bus publics, ainsi que lors des manifestations: ...
  • Légaliser, contrôler et fiscaliser la consommation de cannabis dans des commerces spécialisés: ..
  • Simplifier le droit pour en améliorer l'accessibilité: ...
  • Rendre obligatoire la réponse écrite d'une administration à la sollicitation d'un citoyen: ...
  • Créer un compte individuel des infractions consultable par chacun sur internet (avec code d'accès personnel): ...
  • Enregistrer l'emprunte digitale de chacun en lien avec son numéro de sécurité sociale dans un fichier consultable facilement en cas d'usurpation d'identité: ...
  • Augmenter les pouvoirs et l'indépendance de la CNIL: ...
  • Interdire la vidéo verbalisation et la verbalisation à la volée: ...
  • Créer des zones de couvre-fête les vendredis et samedis soir dans les grandes villes: ...
  • Considérer la convivialité comme un objectif prioritaire dans la définition des politiques publiques: ...
  • Autoriser la cigarette électronique dans les lieux festifs: ...
  • Engager dans quelques années un débat serein sur les conditions d'adoption, d'accès à la PMA et d'accès à la GPA pour les couples mariés homosexuels, reconnaître le droit de l'enfant à connaître ses origines biologiques: ...

 

 

 

Comment relancer la francophonie?

 

 

  • Instaurer un système de diffusion gratuite des produits culturels français dans les pays francophones quelques mois après leur commercialisation: ...
  • Augmenter le nombre de visas pour les étudiants issus des pays francophones: ...
  • Instaurer un droit à l'information pour tous les peuples francophones: ...
  • Simplifier les démarches administratives pour les adoptions dans les pays francophones: ...
  • Intégrer les mots scientifiques, économiques, et techniques d'origine anglophone dans le dictionnaire français: ...

 

 

 

Comment relancer l'Europe?

 

 

  • Réformer en profondeur les institutions pour les démocratiser: ...
  • Revenir à la ligne politique originale à savoir l'économie sociale de marché et l'Europe des secteurs stratégiques: ...
  • Mettre sur un pied d'égalité le pilotage d'une stratégie industrielle européenne et la gestion du grand marché: ...
  • Conditionner le refinancement des banques directement auprès de la BCE à leur participation au financement de l'économie: ...
  • Alléger les réglementations européennes en redonnant aux Etats leur souveraineté sur des secteurs non stratégiques: ...
  • Créer un impôt européen sur les transactions financières et une TVA sociale européenne pour donner des ressources propres à l'Europe: ...
  • Lancer un grand projet de conversion de l'agriculture européenne au bio: ...
  • Lancer un plan de cessation progressive de toutes les transactions financières à destination des paradis fiscaux et adopter immédiatement le plan américain d'échange automatique des données bancaires: ...
  • Créer un passeport européen et donner des paroles à l'hymne européen: ...

 

 

 

Conclusion:

 

 

Ce programme est expérimental. Il comporte de nombreuses redites car tout est lié et interdépendant. Son objectif est juste de prouver qu'une autre politique cohérente et originale est possible. Sur le plan économique, il est fondé sur un "libéral-convialisme" par opposition au néolibéralisme et au statu quo social démocrate, et sur le plan sociétal, il est fondé sur une philosophie "libérale convivialiste" d'une société ouverte, tolérante, libérale, pragmatique, favorisant le respect entre tous ses membres, la responsabilité de chacun et la convivialité dans l'espace public.

 

 

L'alternative crédible, c'est possible !

 

 

Philippe Dervaux

 

 

 

NB: Vous pouvez me contacter à l'adresse suivante: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

 

"Manifeste pour un Centre décomplexé" dans l'alternative crédible, droits de copie libres à condition d'en mentionner l'origine.

 

Les coups de gueule d'Henriane

Le blog de Joséphine

Le recueil de pensées libres de Philippe

Blogueurs Centristes

 

Vous voulez exprimer votre opinion. Vous pouvez créer votre propre page sur le site en cliquant sur l'image ou en nous contactant à: contact@lalternativecredible.fr

 

 

 

Se procurer "La Riposte Centriste"

Notre message en images

Répertoire des blogs et sites centristes de France