l'Alternative Crédible

Libérales-sociales, écolos, convivialistes, nos idées ont de l'avance.

Qu'est-ce que le MoDem?

  

Le parti des connectés à la réalité en courant alternatif

 

Au-delà de sortir la France de l'ornière où la met la crise de finances publiques, "Changer la vie" devrait être l'ambition du MoDem pour les présidentielles et législatives 2012, comme cela l'avait été pour le PS en 1981. Dans notre époque charnière, où le modèle de société actuel est de plus en plus une impasse, en imaginer un nouveau est une nécessité. C'est comme cela que le MoDem sera non seulement le fer de lance de l'alternative crédible, mais également un véritable parti de transformation de la société qui s'inscrira dans la durée.

(article écrit le 03 septembre 2011 et non réactualisé depuis car faisant parti des articles fondateurs du site)

 

Hélas trop souvent la prise de risque et le sens du concret nous ont manqué. Tous ceux qui ont participé avec enthousiasme à la création du MoDem en 2007 savent que pour retrouver "l'esprit de Seignosse", il faudrait réunir les deux conditions suivantes: réaffirmer nos fondamentaux et retrouver notre générosité d'idées et d'engagements. Une conviction politique repose sur quelques repères clairs, et sur une envie de changer la société qui est source de créativité dans les idées. Et nous exprimons et transmettons nos convictions à travers les combats concrets que nous menons.

 

Réaffirmer nos fondamentaux:

Produire en France La dette L'écologie humaniste Liberté et démocratie L'Europe

Cela passe par mener un combat pour la compétitivité des entreprises et pour construire un véritable Etat stratège.

 

ici

Cela passe par mener un combat contre les clientélismes protégés par la Droite ou par la Gauche.

 

ici

Cela passe par mener le combat sur le long terme pour l'avènement de la société du partage.  C'est être pour une écologie de transformation massive mais réaliste de la société.

 

ici

Cela passe par mener le combat au quotidien contre la multiplication des fichages commerciaux et sécuritaires.

 

ici

Cela passe par mener le combat pour une autre gouvernance. C'est être pour une Europe plus démocratique, plus protectrice et plus fédérale.

 

ici

 

Retrouver notre générosité d'idées et d'engagements:

Une primaire au Centre pour 2017 La viande L'Est parisien Les terrasses de café L'usurpation d'identité

Marielle De Sarnez et Jean-Louis Borloo représentent deux options possibles pour l'avenir du Centre. Faisons en 2016 pour 2017 un choix démocratique qui assure l'unité du Centre et le respect de tous.

 

ici

Il faut mener à l'échelle mondiale le combat pour réduire la consommation de viande. Notre avenir en dépend. Notre santé en bénéficiera. La souffrance des animaux reculera.

 

ici

D'Oberkampf à Nation en passant par Ménilmontant et le Père Lachaise, le principal potentiel de développement de Paris se situe dans l'Est parisien s'il sait franchir le périph et concevoir son développement dans le prolongement du futur quartier d'affaire de Gennevillers.

 

 

ici

La défense des terrasses de café est le combat phare d'un combat plus large entre les partisans d'un Paris résidentiel complètement aseptisé et ceux d'un Paris populaire, vivant et dynamique.

 

 

ici

Face à l'explosion du nombre de personnes touchées, il faut une réponse pérenne adaptée. Pourquoi ne pas établir un lien entre les empruntes, voir l'ADN et le numéro de Sécu? Il faut offrir aux victimes une possibilité de recours sûre.

 

ici

Le permis moins cher, des règles plus intelligentes. Les Class actions La mutuelle pour les locataires La francophonie relancée Le haut débit pour tous et partout

Le coût et la difficulté excessive du permis, l'application aveugle d'une réglementation inadaptée à la recherche d'une meilleure sécurité routière sont une discrimination sociale dont les premières victimes sont les milieux populaires, les jeunes et les habitants des petites villes éloignées des grandes villes.

 

 

ici

Elles sont indispensables pour lutter contre les abus. Il faut rééquilibrer le rapport de force entre le consommateur isolé et certains grands groupes aux pratiques commerciales déloyales. François Bayrou les propose depuis longtemps, Christiane Taubira a raison de les mettre en oeuvre.

 

ici

Il faut remplacer le système de la caution de plus en plus discriminatoire socialement pour les locataires, et d'un autre coté offrir une meilleure protection aux petits propriétaires. La mutuelle proposée par Bayrou est une bonne solution.

 

 

ici

La France néglige trop la francophonie. Le rayonnement de la France dans le monde passe par la diffusion de sa culture. Alors pourquoi ne pas faire preuve de générosité en offrant gratuitement aux peuples francophones nos biens culturels une fois la période de commercialisation terminée?

 

ici

Les habitants des petites villes de province et des campagnes sont ceux qui ont le plus besoin d'internet et qui y ont le moins accès. L'Etat peut et doit travailler avec les grands opérateurs pour réaliser cette promesse.

 

 

ici

 

Bien sûr, cette liste de 10 exemples n'est pas exhaustive. Ce ne sont que des exemples auxquels je tiens particulièrement.

 

 

 

La réflexion politique n'a d'utilité que si elle conduit à des propositions concrètes. Dans la situation actuelle, il est urgent d'oser prendre des positions claires et innovantes sur de multiples sujets. C'est pourquoi, l'alternative crédible propose de s'engager (liste non exhaustive et qui n'engage pas le MoDem):

 

 

pour la défense du forfait Internet illimité,

pour la licence globale en remplacement de la loi Hadopi,

pour les class'actions à la française,

pour une dose de proportionnelle aux élections législatives,

pour le non cumul de plusieurs mandats locaux ou nationaux, mais pour le cumul d'un seul mandat local avec un seul mandat national,

contre la multiplication des fichiers et pour la création d'un ministère de la défense des libertés publiques,

pour donner plus de moyens et d'indépendance à la CNIL,

contre le vote électronique,

pour une RGPP qualitative et non exclusivement quantitative,

pour la restructuration générale des postes de travail de la fonction publique, mais contre la remise en cause du statut des fonctionnaires,

pour simplifier le droit en le reformatant en une seule loi par domaine,

pour orienter l'épargne vers le financement des PME,

pour réduire les effets de seuil qui empêchent les PME de grandir,

pour faciliter la transmission des entreprises,

pour faciliter la reprise des entreprises délocalisées par leurs salariés,

pour autoriser les concours d'entrée dans les universités mais contre l'augmentation des frais d'inscription universitaires,

pour créer un statut de l'étudiant salarié,

pour relever le niveau d'enseignement dans les collèges et lycées,

pour la publication obligatoire de l'échelle des salaires de chaque entreprise,

pour augmenter l'impôt sur les plus hauts revenus et sur les plus hautes retraites,

pour un revenu maximum au moyen d'un impôt confiscatoire,

pour la suppression de la niche Copé,

pour la mondialisation régulée, contre la démondialisation, contre la décroissance,

contre le protectionnisme mais pour la TVA sociale européenne,

pour le libre-échange mais contre la liberté totale de circulation des capitaux,

pour la suppression programmée de tous les paradis fiscaux,

pour l'interdiction des LBO,

pour la séparation effective des banques de dépôts et des banques d'affaires,

pour le fédéralisme patriotique européen mais contre le fédéralisme technocratique européen de la Commission de Bruxelles et contre le retour des égoïsmes nationaux,

pour la défense de l'euro, mais contre la politique de l'euro fort,

pour remettre en cause l'indépendance de la BCE,

pour la réouverture des maisons closes et pour la création d'un statut protégé pour les prostitué(e)s, pour la légalisation de la prostitution de façon à mieux circonscrire les pires dérives,

pour déclarer le "couvre-fête" dans les quartiers festifs des grandes villes les vendredis et samedis soirs,

contre le principe du risque 0,

contre le principe de la tolérance 0 et des peines planchers,

contre les objectifs dans la police,

pour passer d'un mode de consommation quantitatif à un mode de consommation qualitatif,

pour généraliser le recyclage des déchets,

pour arbitrer en faveur des producteurs locaux face à la grande distribution,

pour réduire les charges sociales sans transfert sur la TVA,

pour un plan Marshall de construction de logements sociaux,

pour la protection par l'état des petits propriétaires pour les inciter à louer,

pour favoriser le partage des logements et pour la généralisation de la société du partage,

contre le retour du puritanisme et pour promouvoir la tolérance en matière de liberté de pensée, de moeurs, et de choix de mode de vie,

pour la protection des sources des journalistes,

pour l'écologie humaniste et contre l'écologie punitive,

contre l'illusion de l'arrêt du nucléaire mais pour le développement d'un grand réseau alternatif d'unités de production d'énergies renouvelables,

pour diminuer l'impôt foncier agricole et pour une politique de préservation des terres agricoles,

pour un plan de passage massif à l'agriculture bio, ...

 

 

 

 

1) Les 3 origines du MoDem

 

 

a) le refus de l'influence des néo-libéraux

Avec des politiques comme Margaret Thacher en Grande Bretagne, et  Ronald Reagan aux Etats-Unis, et des économistes comme Milton Friedman et Friedrich Hayek, les années 80 ont vu l'émergence d'une pensée économique nouvelle qu'on a appelée néo-libéralisme. En France, sous l'influence de ce courant d'opinion, le RPR s'est droitisé sur le plan économique, abandonnant le dirigisme social du gaullisme pour un libéralisme revendiquant la réduction de la place de l'état, les privatisations, l'assouplissement du droit du travail, les baisses de charges sur les entreprises, les baisses d'impôts sur les plus riches "pour favoriser le dynamisme économique", et la liberté totale de circulation des biens et des capitaux. L'UDF n'a pas été épargnée non-plus par cette influence, et progressivement son aile droite, sa partie la plus libérale, s'en est détachée pour rejoindre le RPR. Alors, comme conséquences logiques sur le plan politique, des tentatives pour créer un grand parti de la droite et du centre ont vu le jour, réduisant toujours un peu plus l'UDF à son aile sociale et européenne. C'est là que se trouve donc la 1ère origine du MoDem, dans une contestation sociale du néo-libéralisme, ... quelque peu forcée il est vrai sur le plan politique.

b) les conséquences de la crise financière et de la crise des finances publiques

La crise financière de 2008 a eu un impact considérable sur le monde de l'entreprise. Elle a révélée le fossé grandissant entre l'économie réelle et l'économie financière. Elle a révélée les intérêts de plus en plus divergents entre les patrons des PME et les patrons des grands groupes internationaux industriels ou financiers. Le clivage traditionnel entre patrons et ouvriers a perdu de sa pertinence par rapport à des nouveaux clivages entre patrons mercenaires des actionnaires et patrons au service de l'entreprise, entre rentabilité à court terme et investissements à long terme, entre distributeurs et producteurs, ... Le divorce progressif entre le centre authentique et la droite vient également profondément des intérêts de plus en plus divergents entre l'économie réelle et l'économie casino, entre le libéralisme authentique et le néo-libéralisme. Le MoDem est le fruit de ce divorce au sein du libéralisme, il est le parti du libéralisme authentique au service de l'économie réelle.

c) l'urgence écologique.

Dès son origine le MoDem a été un mouvement écologiste. La prise de conscience de l'urgence écologique, a toujours fait parti de son ADN, comme l'atteste les nombreux écologistes de valeur (Corinne Lepage, Jean-Luc Benhammias, Yan Werling, Olivier Pages ...), qui l'on rejoint. Une partie du MoDem est directement issu d'une contestation humaniste interne aux verts et de son refus de leur dérive gauchisante. La volonté de répondre à l'urgence écologique par une refonte profonde, mais réaliste et humaniste, de notre modèle de société, est la 3ème origine du MoDem.

 

 

2) Les clivages

 

Enormément de militants, de sympathisants, ou d'électeurs actuels ou potentiels du MoDem sont demandeurs que le MoDem exprime sa pensée politique de façon plus claire, plus simple, ..., plus clivante. Ils comprennent la démarche de François Bayrou, et l'approuve, mais ils ont du mal à répondre à la question "Qu'est-ce que le MoDem?" Je vous propose ce qui me semble être les réponses principales.

Etre démocrate, ou "MoDem" d'opinion, c'est:

Etre contre le néo-libéralisme, mais être pour le libéralisme authentique. C'est-à-dire être contre ce qui fausse la concurrence, les oligopoles, les abus de position dominante, ... mais être pour la réduction des charges directes et indirectes qui pèsent sur les entreprises, pour faciliter la vie des entrepreneurs, ...

Etre pour une action très forte de régulation de l'économie financière pour la remettre au service de l'économie réelle. Penser que le rôle du politique est de défendre l'économie réelle contre les lobbys de la finance, et, dans les conflits commerciaux internationaux ou dans les rapports de force avec la grande distribution, de défendre l'intérêt des producteurs locaux, nationaux ou européens.

Penser que la justice sociale est un impératif moral et une nécessité économique, et que le rôle des politiques est de tout faire pour défendre et étendre les classes moyennes; car la démocratie repose sur les classes moyennes.

Accepter la mondialisation comme un fait. Refuser les illusions d'être contre la mondialisation ou pour la "démondialisation". La mondialisation peut être améliorée mais pas combattue. Elle a beaucoup d'effets positifs qui doivent être cultivés, et des effets négatifs qu'il faut circonscrire. Elle est un peu comme la science qui a des effets positifs et des effets négatifs selon l'usage que l'on en fait. Refuser la mondialisation n'a pas plus de sens que de refuser la science. D'ailleurs les 2 sont partiellement liés.

Considérer le libre-échange comme créateur de richesses, et le protectionnisme comme source de pauvreté à long terme; mais être pour la réciprocité dans le commerce international ce qui nécessite une Europe forte qui jouerait enfin son rôle de défenseurs de l'intérêt des européens.

Etre conscient de l'urgence écologique, et vouloir mettre en place des politiques massives de transformation en profondeur des modes de production et de consommation. Mais être pour une écologie réaliste contre une écologie utopique, pour une écologie humaniste contre une écologie punitive.

Penser que l'Europe est notre avenir, que les problèmes sont dans ses insuffisances qu'il faut corriger, et non dans la conséquence de son existence. Le principal problème est que, dans son fonctionnement actuel, elle ne joue pas son rôle de défense des intérêts européens et de protection des citoyens européens, ou très peu et très mal.

Penser que la démocratie est un préalable au développement économique durable, et non l'inverse. Défendre l'authenticité de la démocratie, c'est-à-dire la séparation des pouvoirs, la représentation de toutes les forces politiques par une dose de proportionnelle, la profondeur des débats contre la superficialité de l'instrumentalisation des faits d'actualité, la gestion sur le long terme plutôt que sur le court terme.

Refuser la facilité du laisser-aller budgétaire. Considérer que la dette pour payer des frais de fonctionnement est un impôt sur les générations futures. Refuser le tout-état et sa bureaucratie coûteuse pour les finances publiques. Défendre l'indépendance des politiques face aux puissances de toutes natures. Combattre l'influence, également très coûteuse pour les finances publiques, des corporatismes, des clientélismes et des oligopoles qui se partageant les marchés publics.

Préférer le dialogue social, au conflit social. Soutenir le dialogue entre organisations syndicales et organisations patronales et professionnelles. Rechercher l'unité par le compromis.

Refuser la stigmatisation des immigrés. Regarder positivement les apports de l'immigration. Mais être pour une approche raisonnable et humaine de la gestion des flux migratoires. Réguler les flux en fonction des capacités d'accueil de la France, variables selon les périodes.

Etre contre toutes les formes d'autoritarismes et d'injustices. Etre pour un équilibre entre libertés et responsabilités. Etre conscient des nouvelles menaces qui pèsent sur nos libertés.

Etre contre la marchandisation de tous les domaines de la vie. Considérer que l'éducation, la culture, la justice, la sécurité, la santé, la gestion de l'espace public, les services publics, ne doivent pas obéir qu'à une logique marchande.

Considérer que l'objectif principal de la politique est d'éveiller les consciences, d'inciter la société à tirer l'être humain vers le haut sur tous les plans, de rechercher l'humanisme dans tous les domaines.

En résumé, on pourrait exprimer l'essentiel de la pensée du MoDem en 6 points:

  • la défense de l'économie réelle, ce qui comporte la protection de l'entreprise face à la finance, la politique de réindustrialisation, la défense des producteurs face à la grande distribution, l'allègement des charges sur les entreprises, ...
  • la justice sociale, ce qui allie la réduction des inégalités, la lutte contre les injustices et les privilèges fiscaux, la créativité pour continuer à faire du social mais en dépensant moins, ...
  • l'écologie de transformation massive de la société, qui allie le pragmatisme pour prendre en compte les conséquences sociales et économiques des mesures écologiques, et la recherche de l'efficacité écologique.
  • la démocratie authentique, qui allie le respect de la séparation des pouvoirs, la constitution en tous domaines de contre pouvoirs, une dose de proportionnelle aux élections législatives, ...
  • le fédéralisme patriotique européen, qui est de combiner le choix du fédéralisme avec tout ce qu'il comporte d'harmonisation des politiques nationales, et un changement de mentalité dans la gestion de l'Europe avec le remplacement de l'arrogance technocratique par un véritable patriotisme européen.
  • la priorité à l'éducation, la sanctuarisation du budget de l'éducation nationale, la volonté de relever le niveau, de mieux adapter l'enseignement supérieur aux besoins de l'économie, de mieux respecter les enseignants, et d'une façon générale, de tirer culturellement la société vers le haut ...

Ce que le MoDem emprunte à la Gauche:

  • le sens de la justice sociale, et que l'on ne peut demander d'effort collectif si les plus privilégiés ne sont pas mis à contribution plus que les autres.
  • la compassion envers les moins favorisés, et qu'un filet de sécurité est une nécessité morale et économique. La déchéance d'une personne est plus coûteuse pour la société que l'assistance pendant quelques temps.
  • la nécessité de la régulation. La main invisible du marché est incapable d'empêcher certaines dérives, et certains domaines doivent être régis par d'autres loi que celle du marché.
  • la conscience que la liberté et la démocratie ne sont pas définitivement acquis, que c'est un combat à toujours renouveler.

Ce que le Modem emprunte à la Droite:

  • le libéralisme dans sa version authentique, c'est-à-dire que diminuer les charges directes et indirectes sur les entreprises favorise l'économie, et que la concurrence et bonne si elle est non faussée.
  • le sens de la famille et de l'ordre. La liberté et la prospérité ne sont possibles que si la sécurité est assurée.

Ce que le MoDem rejette dans la Droite:

  • le néo-libéralisme et particulièrement le dogme de la liberté de circulation des capitaux sans contrôle, qui est à l'origine de la spéculation folle.
  • sa remise en cause idéologique du droit du travail et de la protection sociale au risque de précariser les salariés et de larges pans de la société.
  • la collusion d'intérêts avec les nantis
  • le creusement catastrophique du déficit public par la protection de certains corporatismes et les incroyables cadeaux faits aux nantis.
  • son incapacité à restructurer l'état autrement que par une réduction comptable de ses effectifs aux effets de plus en plus graves (qui n'empêche pas une augmentation globale du coût de la fonction publique, et même une augmentation continus de ses effectifs!).
  • sa politique court-termiste dans beaucoup de domaine
  • son manque d'imagination et l'usure de sa pensée

Ce que le MoDem rejette dans la Gauche:

  • sa volonté de résoudre tous les problèmes par l'intervention de l'état, par la subvention, son refus de remettre en cause l'état providence malgré la dette
  • son refus d'engager une véritable politique de réductions des dépenses publiques par clientélisme électoral.
  • sa co-responsabilité dans la capitulation des politiques devant la finance
  • le décalage entre son discours social et sa trop grande accoutumance à la monté de la pauvreté et de la précarité
  • son refus d'accepter que la situation actuelle nécessite une remise en cause structurelle du système économique et social
  • son manque d'imagination et l'usure de sa pensée

Ce qui fait l'originalité du MoDem:

  • concilier le dynamisme économique avec le social, ce qui signifie plus précisément, concilier le libéralisme authentique, source de dynamisme économique, avec la protection sociale, la justice sociale notamment fiscale, l' accessibilité et la péréquation tarifaire des services vitaux assurées par les services publics et la régulation effective de la finance et de l'économie.
  • concilier la défense des services publics et la réduction des dépenses publiques.
  • l'idéal d'une démocratie authentique et la primauté des valeurs républicaines pour contrer les clientélismes et l' influence des puissants.
  • une conception humaniste et réaliste de l'écologie, à l'opposée de l'écologie punitive. Une volonté de changement structurel et progressif de modèle de société, à l'opposé de l'écologie de bonne conscience.
  • l'humanisme et la modération dans les questions de société, la conciliation d'une approche libérale (sur le plan des moeurs) avec le sens de la famille.
  • le sens du dialogue social, de la prise de décisions suite à une concertation honnète, du respect de sa parole par l'état, du respect des institutions et de l'équilibre des pouvoirs par des contre-pouvoirs, ..., de l'intégrité de l'état.

Les idéaux auxquels rêve le militant du MoDem:

  • Une démocratie authentique
  • Une société harmonieuse, apaisée, juste et libre
  • Une adhésion populaire à une Europe Fédérale au service des européens
  • Une société dynamique sur tous les plans, notamment sur le plan économique par la défense de l'économie réelle
  • Une mutation écologique associée à une mutation sociétale vers la société du partage, organisées et réellement mises en oeuvre.

 

 

Comment synthétiser ce positionnement et ces clivages en quelques mots compréhensibles par tous les citoyens?

 

La réponse devrait être évidente. Le MoDem doit (d'urgence?) se revendiquer comme un parti Social Libéral Démocrate, par opposition aux néo-libéralisme et aux valeurs de la Droite, et par opposition à la Social-démocratie (épuisée!) ou au socialisme (anachronique?) de la Gauche. Certains au MoDem ont peur du terme "libéral" qui ne serait pas "populaire". Ils ont tord. Ce qui handicape le plus le développement du MoDem c'est de ne pas assumer assez ce qu'il est profondément et le rôle qu'il doit jouer pour le bien public. Face à la crise des finances publiques, il y a profondément 3 façons de réagir: faire payer les riches exclusivement, ou démenteler la protection sociale et le droit du travail pour augmenter "la compétitivité", ou réduire structurellement la dépense publique (pour pouvoir réduire les charges sur les entreprises et augmenter durablement la compétitivité) par une réorganisation totale de l'état et de notre système juridique. Sans caricaturer trop, la première solution est de Gauche, la deuxième est de Droite, et la troisième est celle que devrait défendre le centre indépendant, la troisième voie, le MoDem, la Majorité du courage, un parti Social Libéral Démocrate, ... peu importe le nom!

 

L'alternative crédible, c'est de refuser l'immobilisme et la démagogie de la Gauche, de refuser l'injustice et la précarité engendrée par les solutions néolibérales de la Droite, et au contraire, de traiter le mal à la racine et avec humanisme.

 

3) Les développements futurs

 

Plus le temps passera, plus les crises seront graves, plus la nécessité de réguler la mondialisation sera évidente. Le MoDem doit non seulement revendiquer une plus grande et meilleure intégration européenne, mais il doit aussi préparer les consciences à la nécessité d'un futur gouvernement démocratique mondial.

La crise des dettes publiques remet en cause le modèle de l'état providence. La crise de la finance remet fondamentalement en cause le modèle économique. La crise écologique remet en cause nos modes de consommation et de production. L'évolution des technologies de l'information et de la nanotechnologie menacent à terme toutes nos libertés. La montée du pessimisme ambiant, du désenchantement, de la violence quotidienne, ... révèlent en fait, qu'au-delà des aspects matériels, notre civilisation connaît une crise profonde car elle n'offre plus de perspectives individuelles et collectives réjouissantes. En fait, c'est le modèle de progrès issu du siècle des lumières qui est en crise et qui demande à être réinventé.

Pour toutes ses raisons, nos modes de vie, ... et de penser vont devoir changer dans l'avenir. Et notre cher petit MoDem, sans pouvoir apporter seul la solution à tout cela, et à tous les citoyens du monde, doit intégrer dans sa réflexion ces problématiques, et se préparer à initier en France des solutions à celles-ci.

 

 

4) Pourquoi l'alternative crédible? Ses 3 sens.

 

1) Pour construire une alternative crédible à la Droite et à la Gauche, ainsi qu'une alternative écologique crédible

La Droite et la Gauche sont usées à la fois par la pratique du pouvoir et par les profondes remises en cause qu'induisent les dernières évolutions historiques:

 

l'usure du pouvoir :

30 ans de pouvoir les ont enferrées dans des pratiques clientélistes de la politique qui sont la première cause de notre déficit structurel des finances publiques. Ils s'opposent par automatisme de façon sectaire et stérile sur de nombreux sujets, mais ils s'entendent très bien pour confisquer à deux le pouvoir (cf la saga de la proportionnelle toujours promise et toujours reportée) et épargner leurs clientèles électorales respectives des remises en cause nécessaires. En fait elles gèrent des boutiques électorales assises sur des clientèles électorales. C'est ce qui fait leur solidité électorale au détriment de l'intérêt général. Le MoDem doit bousculer le système pour remettre la politique au service de l'intérêt général.

 

l'usure historique:

 

 

Tout mouvement politique important est fondé sur une doctrine socio-économique. Le néolibéralisme est la doctrine fondamentale de la Droite depuis les années 80. Le socialisme (socialisme édulcoré ou social démocratie dans les faits) est la doctrine fondamentale de la Gauche. Or la crise de la finance folle de 2008 discrédite très profondément le néolibéralisme dérégulateur car il en est sa cause première. Quant à la crise des finances publiques de 2011, elle remet en cause le modèle d'état providence dispendieux que défendent les mouvements socialistes et socio-démocrates car il est la cause première des déficits structurels.

 

Le MoDem est fondé sur le social-libéralisme par opposition au néolibéralisme et au socialisme. Et le social-libéralisme est la conciliation du libéralisme authentique avec la défense et la rénovation du modèle social français. Pour ce qui est du social, le MoDem demande de faire preuve de créativité pour inventer des formes de social économes pour les finances publiques par opposition à l'Etat providence dispendieux de la Gauche.

 

Voilà pour la théorie.

 

Plus concrètement cela signifie que le MoDem est pour la réduction des charges directes et indirectes sur les entreprises, pour la défense des producteurs face aux grands distributeurs, pour la défense de l'économie réelle face à l'économie spéculative, pour la défense des consommateurs face aux oligopoles (avec les class actions par exemple), pour une concurrence libre et non faussée (par les monopoles et oligopoles), pour le dialogue social plutôt que l'affrontement, ... tout ce qui constitue le libéralisme authentique.

 

Et naturellement il s'oppose aux solutions néolibérales de la Droite: démantèlement des services publics, du droit du travail, du modèle social français, ...

2) Pour inventer une alternative crédible au néolibéralisme

 

A l'urgence de répondre à la crise de la dette se rajoute l'urgence écologique. L'écologie est dans l'ADN du MoDem, mais pas n'importe quelle écologie. Il ne s'agit pas d'une écologie culpabilisatrice faites de l'accumulation de réglementations et de restrictions au mépris des conséquences sociales et économiques, et dont l'efficacité écologique est plus que discutable.

 

Il s'agit d'une écologie de transformation massive et progressive de nos modes de production et de consommation qui répond durablement et efficacement à l'urgence écologique, et qui prends en compte les dimensions sociales et économiques. D'où le terme d'écologie humaniste.

 

Et ce mariage du libéralisme authentique avec le social d'une part, et avec l'écologie humaniste d'autre part, constitue en soi un nouveau modèle économique alternatif au néolibéralisme fondé sur la durabilité autant dans la conception que dans la consommation des produits (cf La consommation de effets utiles par Jean Rochefort dans le Figaro).

3) Pour commencer à bâtir une alternative sociétale à notre model de société consumériste.

 

Dans la suite logique, la recherche d'un modèle économique alternatif est liée par les valeurs et par l'écologie à l'invention d'un nouveau modèle de société plus respectueuse des personnes, plus juste, plus libre, plus ouverte sur la créativité, plus génératrice de dynamisme économique et plus respectueuse de l'environnement. Et cela touche tous les domaines de la vie en société. C'est pourquoi ce site recueille toutes les propositions concrètes contribuant à l'élaboration de ce nouveau modèle de société; d'où la rubrique "Recueil d'articles de presse alternatifs".

 

 

Ainsi vous voyez bien en quoi les 3 sens sont liés et découlent l'un de l'autre. Voilà ce qui fait l'âme du MoDem. Issu du centre droit, il a pris son indépendance par rapport à la Droite et agrège des composantes venues de la Gauche et des écologistes pour proposer un véritable modèle de société alternatif qui donne tout son sens à son indépendance.

 

En politique tout est lié, les valeurs, le modèle économique, et les modes de vie. La réponse ne peut-être que globale. "L'indépendance du centre a un sens profond". Le MoDem doit assumer pleinement sa raison d'être: une alternative crédible dans ses 3 dimensions sociale, économique et sociétale. Voilà pour quoi milite ce site, et pourquoi il s'appelle "l'alternative crédible".

5) Qu'est-ce qui a manqué jusqu'ici au MoDem pour incarner l'alternative crédible?

 

2 causes principales expliquent que notre message est resté peu audible jusque maintenant. Ce sont:

  1. Notre difficulté à approfondir notre pensée, puis à la rendre lisible pour pouvoir la vulgariser.
  2. Notre échec jusqu'ici à construire un grand mouvement populaire d'opinion soutenu par un grand parti de militants.

Il faut dire que cela n'est pas naturel dans la tradition politique du centre. C'est ce à quoi travaille ce site pour ce qui est de la première cause, ... et ce pourquoi il milite pour ce qui est de la seconde.

 

 

 

Philippe Dervaux

 

 

 

Pour compléter, je vous invite à lire cette intervention au Conseil départemental du MoDem Paris que j'avais cosignée: Le MoDem que nous voulons

Les coups de gueule d'Henriane

Le blog de Joséphine

Le recueil de pensées libres de Philippe

Blogueurs Centristes

 

Vous voulez exprimer votre opinion. Vous pouvez créer votre propre page sur le site en cliquant sur l'image ou en nous contactant à: contact@lalternativecredible.fr

 

 

 

Se procurer "La Riposte Centriste"

Notre message en images

Répertoire des blogs et sites centristes de France